Plongée au coeur du Musée de la Marine

Lundi, je vous parlais de mes déambulations au sein de l’Assemblée Nationale et du Sénat, à l’occasion des Journées du Patrimoine édition 2016. Mais je n’ai pas fait que ça : j’avais décidé de mettre à profit ce weekend culturel et les quelques jours de relâche qui me restaient pour voir un maximum de choses, et quand j’ai appris que le musée de la marine ouvrait à cette occasion gratuitement ses portes, une dernière fois, avant de fermer durant 3 ans pour travaux (2017-2020), je me suis dit que ce serait trop dommage de rater l’occasion. Alors, si vous avez manqué de vous y rendre, voilà une petite session de rattrapage !

img_8313

Pour commencer, la balade que l’on peut faire pour accéder au Musée de la Marine de Paris est assez agréable : situé place du Trocadéro, à deux pas du Musée de l’Homme, et à quelques mètres à peine de l’esplanade qui offre une vue imprenable sur notre chère Tour Eiffel, l’institution est on ne peut mieux située. Je l’avoue : ce n’est pas un quartier dans lequel j’ai l’habitude de me rendre, et n’étant pas spécialement passionnée par la marine et ce qui s’y rapporte, je ne m’étais jamais vraiment intéressée à ce musée. Grave erreur ! Issu d’une collection offerte à Louis XV par le Président de l’Académie royale des sciences, le musée est aujourd’hui enrichi de nombreux tableaux, maquettes, miniatures et objets d’époque, le tout dans un ensemble très complet et varié et présenté aujourd’hui de façon extrêmement pédagogique. Passionné, amateur ou simple curieux, enfant ou adulte, la collection permanente a l’avantage de pouvoir plaire à n’importe quel visiteur. En parcourant les différentes pièces de l’établissement (appelées « escales » et organisées de façon thématique et pas chronologique), j’ai entendu un enfant courir près de la personne qui l’accompagnait en s’exclamant « Il est trop bien ce musée ! » : c’est plutôt bon signe, non ?

IMG_8227.JPG
Eugène Isabey, Visite de la Reine Victoria au Tréport (1844)

D’entrée de jeu, l’ambiance est posée : dans la première « escale », intitulée « Canots d’apparat et visites officielles », trône, majestueux, le canot qu’utilisait Napoléon Bonaparte pour se déplacer du lieu de mouillage de ses vaisseaux jusqu’au port. C’est bien la pièce originale qui est présentée et pas une reproduction – entre les sculptures, les couleurs, et l’or utilisés pour donner fière allure au bateau, on a une idée assez claire de l’ego assez surdimensionné que devait avoir cet homme. Il n’empêche, il est vrai que circuler dans un canot de ce gabarit et aussi agréable à regarder (surtout si on le compare avec les Zodiac, certes très pratiques, qui fleurissent un peu partout sur les côtes) a un certain cachet. Les autres pièces de la salle (quelques figures de proue, des cordages, des miniatures…) fixent le cadre général dans lequel le visiteur évoluera lors des escales suivantes. Les thèmes abordés au fil de la visite sont d’ailleurs très variés, ce qui évite la répétition et l’inévitable ennui qui s’ensuit – une des appréhensions que j’avais en me rendant sur place, puisque je pensais qu’en tant que totale étrangère au domaine marin, aux bateaux et autres canons, je risquais d’avoir assez vite fait le tour. Que nenni ! Après les canots et visites officielles, on est amenés à voir les thèmes « sculpture navale », « voyages et découvertes », « marine marchande », « innovations du XIXème siècle »… De l’art, de l’histoire, de la technique : le Musée de la Marine a l’avantage de montrer que finalement « la marine », ce n’est pas que des bateaux et des canons (pour caricaturer très grossièrement), mais que cela peut en fait toucher à tous les domaines.

img_8224

img_8267

Me borner à résumer le parcours que j’ai suivi n’aurait, pour le coup, que peu d’intérêt : ces informations figurent à portée de clic sur le site de l’institution muséale. Mais certaines salles ont su attirer particulièrement mon attention ! Je suis passée assez rapidement dans les salles sur la marine de guerre moderne ou concernant l’histoire des collections. En revanche, j’ai adoré m’attarder dans l’escale « peinture de marine », qui présente 12 des 15 oeuvres majeures de Joseph Vernet, peintre à qui avait été confiée la mission de reproduire aussi exactement que possible les principaux ports français. S’alignent ainsi, côte à côte, La Rochelle, Brest… peints avec une justesse assez étonnante ! En-dehors de cet aspect technique, les tableaux restent très agréables à regarder, il y a un certain calme qui se dégage de ces vues sur le port, puis la mer et l’horizon, au coucher du soleil ou en pleine journée sous un ciel dégagé… Il y a de quoi y passer des heures, à se perdre dans leur contemplation en s’imaginant à la place de l’artiste. Je divague ? Outre les oeuvres de Vernet, figurent d’autres tableaux, assez nombreux : d’autres vues de ports, ou sur le thème de l’eau de façon plus générale (comme cette peinture d’amateurs de canot du dimanche).

img_8270

img_8274
Joseph Vernet, Vue du port de La Rochelle (1762)

L’escale des miniatures mérite également qu’on s’y attarde. De diverses tailles, de matières variées (ivoire, bois, métal) et réalisées dans divers buts (prisonniers souhaitant accumuler un petit pécule, ouvriers dépêchés par les rois pour rendre compte au plus justement de l’état de la marine…), tous les modèles exposés sont frappants de finesse et de détails. Si certains sont évidemment plus réussis que d’autres – les grands formats répondant à des exigences de précision car demandés par la hiérarchie sont, à cet égard, particulièrement riches de détails – tous méritent le détour. D’autant que le contraste est saisissant après avoir traversé plusieurs salles emplies d’immenses tableaux, de sculptures démesurées et de canons imposants.

img_8283

Et tant que l’on parle sculpture, la dernière pièce qui m’a particulièrement enthousiasmée est celle sur le thème « sculpture navale ». Présentant principalement des figures de proue, ces sculptures décoratives placées à l’avant des vaisseaux – et vouées le plus souvent à la destruction au gré des batailles navales et des intempéries – rivalisent de majestuosité et de grandeur. Le Jules César qui se situe à l’entrée de la salle, où l’immense Henri IV qui trône dans un coin, sont particulièrement impressionnants et laissent songeur quant à la dimension des bateaux qui les accueillaient. Au milieu de la pièce, des ornements de la Réale (immense galère ayant même été navire amiral des galères de France sous Louis XIV) attirent immédiatement le regard avec leur style très baroque (décidément, entre l’Assemblée Nationale, le Sénat, et ces ornements, ce week-end là aura été placé sous le signe du baroque !) tout en dorures et arabesques. Si j’avais toujours considéré jusque-là qu’ « un bateau, c’est un bateau » et, au mieux « un très joli bateau », j’ai ici vraiment pris conscience qu’il peut y avoir (ou du moins qu’il y a eu) tout un art autour de la construction navale, dans un aspect esthétique au-delà du versant technique.

img_8249

img_8241

Les dernières escales proposées par la visite, un peu plus techniques ou pointues (marine de guerre, marine marchande, évolutions techniques) ont moins su captiver mon regard – sûrement car mon intérêt pour la chose reste finalement limitée à une observation discrète et extérieure. Quelques pièces cependant impressionnent, comme la corde d’ancrage (pouvant peser jusqu’à 15 tonnes une fois mouillée…) ou la lampe de phare, énorme – ce qui est finalement logique puisque les phares sont supposés éclairer à une très forte distance mais, allez savoir pourquoi, sur le coup j’ai été étonnée.

img_8294

Bref, le Musée de la Marine (qui est présent à Paris mais pas uniquement : Brest, Port-Louis, Rochefort et Toulon disposent aussi d’une annexe) est une sortie agréable, familiale, et qui change des expositions traditionnelles (en plus d’être susceptible d’attirer un public plus large). Il n’est désormais plus possible d’y accéder gratuitement, mais si vous cherchez à occuper un dimanche après-midi avant que le musée ne fasse peau neuve, il reste accessible sur achat de billets, et ce jusqu’en 2017. Bonne visite et bon vent !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s