Quand l’Assemblée Nationale et le Sénat ouvrent leurs portes…

Ce week-end ont eu lieu les 33èmes Journées du Patrimoine, sur le thème « Patrimoine et Citoyenneté« . Pour l’occasion, de nombreux lieux culturels – à Paris et ailleurs ! – ont proposé des visites ou ont, tout simplement, ouvert leurs portes. En tant que fan incontestée de théâtre, la visite guidée de la Comédie française me tentait bien… mais je m’y suis encore prise trop tard. Aucun problème : j’avais aussi envie de me rendre à l’Assemblée Nationale et au Sénat, pour lesquels l’entrée était libre. Armée de mon appareil photo (et surtout de patience, vu la queue qui m’attendait), me voilà partie en premier vers l’Assemblée, au 128 rue de l’Université, tout près de la fort célèbre Place de la Concorde. Le rendez-vous est maintenant terminé, mais ne vous inquiétez pas : je vous emmène avec moi !

IMG_8110.JPG

Il fallait être motivé ce samedi 17 septembre pour rentrer dans le fameux Hôtel de Lassay, où siègent les députés : près d’1h30 de queue pour ma part, et celle-ci s’est rallongée après mon arrivée, malgré une météo plutôt incertaine. Le discours de bienvenue de Claude Bartolone, diffusé tout le long de la queue, aide à faire passer le temps – mais honnêtement, au bout de la 3ème fois, il commence à devenir lassant. Une fois cette étape et les 3 (!) contrôles de sécurité franchis, on pénètre dans le bâtiment, enfin. Et on se rend compte assez vite que le marquis de Lassay, qui en a demandé la construction, n’était pas du genre à lésiner sur le luxe. Dorures et moulures à foison, sculptures dans toutes les pièces, plafonds richement peints… La finesse de l’ensemble est assez surprenante ; les salons par lesquels la visite commence, par exemple, ont été conçus de façon parfaitement symétrique, afin que le visiteur ait l’impression qu’à chaque extrémité, la pièce se reflète dans un miroir… alors qu’en fait de miroir, il n’y a qu’une ouverture laissant apercevoir la pièce suivante !

img_8130

img_8135

Après la traversée de différents salons, servant aujourd’hui pour la plupart à des réceptions officielles (à l’image du Salon des éléments), on arrive dans la somptueuse Galerie des fêtes. Pour ces journées, le personnel de l’Assemblée avait mis les petits plats dans les grands (au sens propre !) en dressant la table avec une vaisselle très luxueuse – il fallait au moins ça pour s’accorder avec l’environnement. On transite ensuite par les salles dans lesquelles se rencontrent les députés et les journalistes avant d’arriver au lieu tant attendu par la plupart des visiteurs : le mythique Hémicycle. Je ne vais pas vous mentir, je n’ai pas spécialement eu de sentiment particulier lié au pouvoir censé émaner de ce lieu. Mais l’expérience reste intéressante : déjà, la pièce est magnifique, et puis c’est amusant de voir les boîtiers électroniques avec lesquels les députés votent les lois, le siège absolument imposant sur lequel s’installe le Président de l’Assemblée… Pour ma part études obligent, je finis par connaître par coeur le fonctionnement de la navette législative, l’examen des lois par les deux chambres ; mais pour ceux qui ne sauraient pas trop comment tout cela fonctionne, des panneaux sont disposés tout le long du parcours qui donnent des éclairages certes historiques, mais aussi des explications sur le fonctionnement du Parlement – tout à fait dans la lignée du thème « Patrimoine et citoyenneté« .

img_8169

img_8183

img_8185

Si l’Hémicycle m’a plus sans trop m’impressionner, j’ai été en revanche vraiment saisie par la bibliothèque (ma passion des livres, surtout des livres anciens, a encore frappé). 650.000 ouvrages s’alignent dans des rayonnages en bois sculpté, sous un plafond incurvé recouvert de peintures de Delacroix – et là pour le coup j’ai ressenti une ambiance particulière, mais c’est peut-être encore une fois moi et mes obsessions étranges. Mais tout de même, si les bibliothèques universitaires avaient cette allure, elles seraient probablement plus motivantes que celles, froides et sans âme, où les étudiants ont coutume de s’enfermer !

img_8191       img_8139

img_8193

img_8199

Sans surprise, la visite se conclut sur une dernière touche citoyenne : une installation comprenant les articles de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789, chacun gravé sur une plaque de pierre. Ceci dit, la cure de citoyenneté (enfin, pour ma part, c’était surtout le côté culture et patrimoine qui m’intéressait puisqu’encore une fois, du fonctionnement des pouvoirs, j’en ai ingurgité une certaine quantité à force de cours de droits et de sciences politiques) ne s’arrêtait pas là : le lendemain matin, direction le Palais du Luxembourg, au sein duquel se trouve le Sénat. Malgré l’heure matinale à laquelle je m’y étais rendue pour éviter de faire trop de queue, je n’ai pas échappé à 50 minutes d’attente. Mais il faut voir le positif : ça veut dire qu’en apprendre plus sur le patrimoine, ça motive les gens, et finalement c’est chouette de savoir que ces journées ont toujours autant de succès (comme ça on pourra en profiter encore quelques années !) Et puis, 50 minutes à patienter dans le jardin du Luxembourg, il y a pire …

img_8348

img_8409

La visite du Sénat se fait plus rapidement que celle de l’Assemblée nationale, en partie parce que certaines pièces qui font partie du parcours ne sont visibles que de l’extérieur, en partie également parce que les dernières pièces du palais ont un intérêt moindre que les précédentes : la salle Clemenceau par exemple est une salle polyvalente construite en 1982. C’est intéressant de savoir où se déroulent certains colloques ou réunions qui se tiennent au Sénat, mais d’un point de vue visuel, il y a pour le coup assez peu de raisons de s’attarder. Attention ! Ça ne signifie pas que le Sénat vaut moins le coup d’oeil que l’Assemblée, bien au contraire. L’arrivée par le magistral escalier d’honneur plonge immédiatement le visiteur dans l’ambiance ; certaines pièces sont véritablement incroyables et la décoration y est peut-être même plus riche (presque trop chargée pour certains), particulièrement dans la Salle des Conférences, dont les murs et le plafond sont entièrement couverts de moulures recouvertes de feuilles d’or, de peintures, des cheminées en marbre… Bref, de quoi s’en mettre plein la vue (mais pas trop longtemps, toute cette couleur et ce doré pourraient presque donner la migraine !).

img_8334

img_8337

img_8338

Pour l’édition 2016 des Journées du patrimoine, le Sénat avait pris le parti inverse de l’Assemblée nationale – du moins c’est le sentiment que j’ai eu. Comprenez : là où le personnel de l’hôtel de Lassay avait choisi un angle plus « patrimoine » que « citoyenneté », les explications étant principalement historiques et dans une moindre mesure, civiques, les résidents du Luxembourg ont préféré limiter au strict minimum les informations historiques et se tourner vers l’aspect citoyen du bâtiment : projection d’un film expliquant la navette législative, ouverture aux visiteurs de certains bureaux (y compris celui du Président du Sénat lui-même) et pièces plus fonctionnelles – dont la salle Clemenceau que je mentionnais tout à l’heure… Et bien sûr, ces deux éléments étaient joints au coeur du Sénat, dans l’équivalent de l’Hémicycle : la Salle des Séances. Elle a beau être d’une taille plus modeste que sa partenaire de la place de la Concorde (forcément, il y a moins de sénateurs que de députés) elle reste assez impressionnante et, d’un point de vue esthétique, sûrement encore plus belle. La décoration est là encore très chargée, mais la lumière qui filtre de la verrière au plafond se reflète peut-être mieux sur les dorures, de sorte que le tout est plus lumineux et aéré.

img_8352

img_8361

Un bémol cependant sur cette visite : le parcours propose ensuite de visiter le Palais de la Présidence, le « Petit Luxembourg ». En fait, mieux vaut se rendre dans celui-ci en premier car malgré la beauté incontestable de la chapelle Médicis et l’intérêt que peut présenter la vue du bureau du président, cela paraît forcément fade après l’éblouissement provoqué par le premier Palais… Si vous avez envie vous aussi de vous promener dans les couloirs de ces deux éminentes institutions mais que vous avez manqué votre chance, pas de panique : elles ouvrent toutes deux leurs portes à chacune des éditions des JEP. Et pour l’Assemblée nationale, il est possible de réserver des visites tout au long de l’année : en même temps, le patrimoine et la citoyenneté, ce n’est pas que deux jours par an et heureusement !

Publicités

Une réflexion sur “Quand l’Assemblée Nationale et le Sénat ouvrent leurs portes…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s